• GALERIE PHOTOS
Juan y Teresa
Maurice Béjart

Deux vagabonds, naïfs et rusés, picaros comme les nommait la littérature espagnole au Siècle d’Or, se prennent pour Saint Jean de la Croix et Sainte Thérèse d’Avila.

Comme la Madre Fundadora et son amour mystique, ils partent
« dans la nuit obscure » vers « le château de l’Ame ».

Maurice Béjart