Le Mandarin merveilleux
Maurice Béjart

En réglant la chorégraphie du Mandarin merveilleux, j’ai suivi exactement la partition, l’histoire et le découpage dramatique de l’œuvre de Béla Bartók.

Cet univers des bas-fonds dans cette Mittel Europa d’avant les années 33 s’est révélé à moi grâce au cinéma de Fritz Lang qui fut un de mes maîtres en profondeur, et en particulier grâce à un film: «M» le Maudit, qui se déroule dans le même contexte historique que le ballet de Bartók.

Bartók, curieusement, intitule d’ailleurs son œuvre non pas ballet mais pantomime.

Parmi les trois victimes qui tombent sous le charme de la (fausse) fille qu’exploitent les bandits, un autre personnage de Fritz Lang s’est imposé à moi – Siegfried – héros et victime, symbole et faillite d’un idéal. La fille artificielle, comme le robot de Metropolis, prolonge l’équivoque sexuelle qui poursuit une époque fascinante entre deux catastrophes mondiales.
«M» le Mandarin.

Maurice Béjart