• GALERIE PHOTOS
  • EN COULISSES
Liebe und Tod
Maurice Béjart

Maurice Béjart a créé de nombreux ballets sur la musique de Gustav Mahler : Le chant du compagnon errant, Ce que l’Amour me dit, Ce que la Mort me dit, Adagietto, A force de partir je suis resté chez moi…

Dans Liebe und Tod, le chorégraphe prend un lied déjà mis en danse, Wo die schönen Trompetten blasen, en l’assortissant d’une nouvelle création pour Gil Roman : La Mort du tambour. Cette dernière est chorégraphiée sur Der Tamboursg’sell, un autre lied de Mahler tiré du recueil intitulé Des Knaben Wunderhorn.

 

RÉFÉRENCES MUSICALES

 

Gustav Mahler

Album : Des Knaben Wunderhorn Great Recordings of the Century ; Directeur : George Szell ; Interprètes : London Symphony Orchestra, Elisabeth Schwarzkopf, Dietrich Fischer-Dieskau ; Distribution : EMI Classics

Titres

  • Der Tamboursg’sell
  • Wo die schönen Trompeten blasen

Cette fonction a été désactivée